All links of one day
in a single page.
<Previous day - Next day>

rss_feedDaily RSS Feed
floral_left The Daily Shaarli floral_right
——————————— Sunday 08, July 2018 ———————————

J'ai lu cet ouvrage que tout le monde s'arrachait il y'a 7-8 ans.

Je le trouve mal écrit (mais après tout, il s'agit de notes prises lors d'une entrevue, ce n'est pas rédigé par Hessel), ça tourne en boucle sans rien argumenter dans l'objectif de justifier un précepte du genre « Indignez-vous, c'est bon pour la société et pour vous-même ». Je reste sur ma faim : pourquoi diable chercherai-je à m'indigner ? Ma vie de peigne-cul est bien, en vrai, non ?

L'idéal de société d'Hessel semble construit exclusivement sur le programme national de la Résistance qui, selon moi, a fait son temps. Oui, parce que bon, parler de respect de la dignité humaine pour ensuite galérer sur la décolonisation africaine (que ce soit avec le franc CFA/comorien ou la lutte pour l'Algérie algérienne…). Oui, parce que bon, parler de liberté de la presse vis-à-vis de l'État et des puissances d'argent pour ensuite créer le ministère de l'information (avec le sinistre Peyrefitte qui se ramène au journal TV pour exposer sa nouvelle formule dudit journal) puis l'ORTF… Bref, l'écart entre le programme du CNR et ce que ses membres et soutiens en ont fait est notable, d'où ce programme ne me fait pas plus rêver que tout autre programme politicien.

Néanmoins, je rejoins Hessel sur plusieurs points :

  • Chacun⋅e de nous est responsable à titre personnel de l'évolution de notre monde. On ne peut pas se cacher derrière un quelconque pouvoir ou un quelconque dieu ;

  • L'indifférence est destructrice en cela qu'elle coupe l'élan de l'indignation donc de l'envie de faire des choses ;

  • L'Histoire, et notamment celle occidentale est une histoire de violence assumée : le productivisme, la financiarisation, le creusement des inégalités, la fuite en avant technologique dépourvue de toute éthique, l'impérialisme qui consiste à civiliser autrui en le bombardant, etc.

Point philosophie :

  • Hegel pensait que l'histoire de l'humanité à un sens : la liberté de l'Homme progresse étape par étape, les chocs historiques sont des prises en compte de défis nouveaux, mais, à la fin, l'Homme atteint sa liberté complète ;

  • Walter Benjamin pensait que les progrès, et notamment ceux faits par la liberté, la compétition et le "toujours plus", sont un ouragan destructeur. Le sens de l'histoire est un cheminement irrésistible de catastrophe en catastrophe.
-